La vrai légende de Stalker

par Gilles A. Tiberghien

Les Stalker ne sont pas tout à fait des artistes. Pas vraiment des urbanistes non plus, ni des militants. En fait, ils ne sont pas autre chose que ce qu’ils font. Que font donc les stalker ? Ils arpentent. ils cherchent des itinéraires et des territoires, dans les villes et entre les villes, qui échappent aux cartographies connues et permettent d’en inventer d’autres. Pour les suivre, un jeu de pistes.

A lire en ligne dans la Revue Vacarme n°28

Francesco Careri présente le Walkscape

Ecole spéciale d’architecture

Conférence du jeudi 3 octobre 2013 à l’Ecole spéciale d’architecture

« WALKSCAPES, la marche comme pratique esthétique » par Francesco Careri 

 

 

 

 

 

Stalker

Walking School avec STALKER

Voyage dans la vallée, Echos de mémoires et de luttes
avec STALKER WALKING SCHOOL
Du 23 au 29 juin 2014 – De Firminy à Lyon, à pied

Le groupe italien Stalker, le Master In.Co.Nu. (Université J. Monnet), le Centre Social Occupé Autogéré de Rome EXSNIA, les centres sociaux et les habitants de la Vallée traverseront ensemble, à pied, les mémoires industrielles, les territoires de résistance et de luttes ouvrières, en partageant savoirs et narrations : une école d’habitants nomades, engagés dans une expérience artistique, sociale et citoyenne.

Informations et réservations : audefourel@hotmail.com ou 06 89 64 65 08
Réservations obligatoires pour l’hébergement lors des étapes, nombre de lits limités
Les marches sont ouvertes à tous, sans réservation, selon vos disponibilités
Participation gratuite
Merci de venir aux repas partagés avec une petite spécialité culinaire

 

La marche comme pratique esthétique

Francesco Careri  Walkscapes
careri
9782330018450Ouvrage culte pour les urbanistes et les architectes, Walkscapes fait de la marche beaucoup plus qu’une simple promenade. Pour Francesco Careri, en effet, l’origine de l’architecture n’est pas à chercher dans les sociétés sédentaires mais dans le monde nomade. L’architecture est d’abord
traversée des espaces : ce que Careri appelle parcours. Ainsi le menhir, point de repère dans l’espace, à la croisée des chemins.
La marche est esthétique, comme la conçoit André Breton pour la place Dauphine. Elle révèle des recoins oubliés, des beautés cachées, la poésie des lieux délaissés.
La marche est politique. En découvrant ces espaces qui sont à la marge et cependant peuplés, elle montre que les frontières spatiales sont aussi des frontières sociales.
Careri s’évade de la ville-événement pour errer dans ce qu’il appelle la Zonzo (la zone, l’espace exclu, à l’abandon, à la marge, inexploré et pourtant vivant). En se laissant porter par la marche, on franchit des frontières invisibles, on recompose une ville nouvelle.
Ce livre passionnera, au-delà des architectes et des plasticiens, ces flâneurs et ces explorateurs qui font de la ville leur terrain de chasse privé.

francesco-careri_image
L’auteur
Francesco Careri, né à Rome en 1966, est cofondateur de Stalker/
Observatoire nomade et chercheur au département d’architecture
de l’université de Rome III, où il dirige le cours d’arts civiques, un
enseignement entièrement itinérant créé pour analyser et interagir avec
les phénomènes émergents de la ville. Depuis 2012, il est directeur
du LAC (Laboratorio Arti Civiche) et du MAAC (Master in Arti
Architettura Città).