Le Nomade et le séDentaire

Patrick Laforet

29W

Le rapport entre celui qui arrive et celui qui reste est aussi éternel que la lutte entre le yin et le yang. Aujourd’hui les avant-gardes de la mondialisation et de la paupérisation qui l’accompagne jettent dans le paysage leur nouvelle forme d’occupation du sol et de l’espace. Cela bien entendu ne passe pas très bien auprès des responsables du dit espace. Les techniques se raffinent pour empêcher « l’autre » de s’arrêter et produit parfois de somptueuses œuvres conceptuelles involontaires, comme ces champs de pierres installés pour rendre impossible le squat automobile et caravanier en dehors des clous. L’époque ne supporte plus les trous, les occupants, le moindre interstice devient un problème, pose des questions et demande des solutions, plutôt que d’expulser, empêcher de s’arrêter.
Circulez tant que vous voulez mais surtout ne vous arrêtez pas, jamais, nulle part, les trottoirs deviennent suspects, la grille, par un étrange retour du refoulé de l’histoire, devient la métaphore d’une socialité âpre et d’une entropie en augmentation exponentielle. Reste une « œuvre“ sans précédent, intermédiaire contemporain entre le cimetière et l’alignement sacré de Karnak, où la métaphysique le dispute à la surprise. Ouvrez bien vos yeux, passez y au soleil couchant et vous vous retrouverez en plein Kubrick, au début de l’odyssée, quand les singes découvrent la violence, le périphérique proche fournira le bruit des grands fauves.

9W
Prière de regarder les pierres

Jacques Clayssen

28WAvant de s’engager sous le pont de la nationale 186 les larges trottoirs bordant la rue de Stalingrad, au carrefour Repiquet à Bobigny, ont été parsemés de grosses pierres anti-stationnement. Aménagement urbain déserté par les piétons, ces trottoirs servaient de stationnement à des véhicules de tout gabarit.
L’étrangeté de ce dispositif retient le regard des rares passants qui ont une vue plongeante sur le dispositif depuis les rambardes du pont de la nationale. Ce dispositif scénique permet une vue d’ensemble sur les pierres disposées en quinconces dans un espace inséré entre la ligne de tramway et la nationale.
L’accès piéton reste possible bien que le cheminement soit réduit au minimum sous le pont. Sans être une impasse, il s’agit d’un lieu peu fréquenté par les marcheurs, car ne menant à aucune rue commerçante ou à des lieux d’habitation.
Cette installation de par sa situation, dans un espace restreint dominé par des rambardes, n’est pas sans évoquer une oeuvre de land art. Les références visuelles orientent la nature du regard qu’un passant averti portera sur cet empierrement.
Dans l’Empire du Soleil Levant, avant de parler de jardin, les nippons concevaient des espaces aménagés suivant des principes connus comme pratique de « l’art de dresser les pierres » (ishi wo taten koto), ce qui marque dès une époque reculée l’importance et le respect qu’inspirait le minéral dans le jardin. Il faudra attendre l’ère Chōgen, donc l’an 1028, pour que commence la codification connue sous l’intitulé Sakutei Ki, l’art secret des jardins japonais. L’Occident s’est doté de jardins de pierres dont des copies plus au moins inspirées ont proliféré de la Fondation Albert Kahn à Maulévrier dans le Maine et Loire pour ne citer que ces deux extrêmes en France.
Pour les Japonais, c’est la terre qui est sacrée, non le ciel. Dans toutes les villes du monde, c’est encore bien souvent la voiture qui est sacrée, non le piéton. Mais les voitures ventouses et les voitures ne stationnant pas sur des places payantes sont éliminées au profit des pierres, des potelets et des bornes censés protéger les espaces de circulation pédestre ou les dents creuses du tissu urbain.
Autant d’installations susceptibles d’être appropriées par des street artistes, comme le sont les pierres taillées ou les potelets repeints. Dans d’autres cas, comme ici, seul le regard porté sur l’installation peut évoquer une installation artistique.
L’organisation et l’agencement de monolithes, de rochers ou de pierres relèvent de l’architecture civile mais aussi militaire. De l’agrément ou du désagrément.
Les pierres s’imposent visuellement comme autant de pièces d’un ensemble minéral dont la naturelle brutalité protège des lieux inoccupés, gardiennes du devenir ou de la conservation d’un vide à préserver. «Les pierres peuvent servir de marqueurs du temps ou de la distance, ou exister comme parties d’une sculpture gigantesque mais anonyme. » Richard Long,Royal West of England Academy, Bristol, 2000.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s