Attention à ne pas confondre avec la Cité des Etoiles, centre spatial soviétique
Composante majeure de la « banlieue rouge » de Paris, Bobigny accueillait les locaux du journal «L’Illustration».Le directeur de l’hebdomadaire acquiert, en 1931, trente hectares de terrains maraîchers à Bobigny, sur le site de la Vache-à-l’aise, aujourd’hui haut lieu des fouilles archéologiques balbyniennes, pour y construire ce qui était à l’époque la première imprimerie d’Europe.

batiment de l'imprimerie l'illustration

Tour à tour
Proche du Mouvement Moderne, l’usine composée d’un grand bâtiment en briques de trois étages aux  façades horizontales de 141 mètres de long et 90 mètres de large, percées de larges ouvertures, inspirera plusieurs constructions dont la distillerie Cusenier, construite en 1939 à La Courneuve. L’imprimerie s’organise autour d’une cour-jardin et d’une cour couverte de sheds. Une tour de huit étages, haute de 64 mètres et surmontée d’une horloge surdimensionnée, est construite à l’angle sud du bâtiment. Après diverses affectations, les bâtiments abritent aujourd’hui l’Université Paris XIII.

IMG_9827

La Promenade Django Reinhardt emprunte le tracé d’une ancienne voie de chemin de fer reliant la gare de Bobigny à l’imprimerie, qui scinde en deux le Parc des sports de Paris Saint-Denis d’une superficie de 50ha, pour relier les bâtiments de l’université à la Cité de l’Etoile. Visuellement les deux lieux ont chacun leur tour. A celle de Paris 13 répond la tour de la Cité de l’Etoile.

L’abbé et l’architecte
Emmaüs Habitat est propriétaire gestionnaire de cette cité qui comprend 763 logements sociaux. Son histoire condense à elle seule les espoirs et les erreurs, les difficultés et les atermoiements du logement social.

L’abbé Pierre, figure préférée des Français de son vivant, se fait bâtisseur en créant la société anonyme d’HLM Emmaüs pour bâtir des cités d’urgence. Cette décision fait suite au drame survenue en 1953 qui verra mourir de froid un enfant._la_cite_de_letoile.jpg C’est en tant que maître d’ouvrage que le célèbre abbé rencontre l’architecte Georges Candilis. Ce dernier réussi à convaincre son commanditaire d’opter pour une solution pérenne. L’architecte propose une architecture très simple, de bâtiments aux caractéristiques plastiques affirmées suivant un plan de masse efficace. Le projet s’inscrit dans un périmètre éloigné du centre constitué d’un tissu urbain de type pavillonnaire. Georges Candilis décide contrairement aux dogmes de la charte d’Athènes de prendre en compte dans son projet ce tissu pavillonnaire préexistant.
L’édification de la cité s’inscrit dans le cadre de l’Opération Million, qui imposait pour la construction d’un logement de trois pièces de ne pas dépasser le budget maximum d’un million de francs. Ce qui compte tenu de l’érosion monétaire due à l’inflation, met le pouvoir d’achat de 1 000 000 francs en 1958 à l’équivalent de 1 731 398 euros aujourd’hui.

batiments cité de l'etoile focusL’équipe d’architecte (Georges Candilis, Shadrach Woods, Alexis Josic) va bâtir autour d’une tour construite en trèfle des ensembles d’habitations agrémentés de vastes espaces et d’une grande cour. Des jeux d’enfants, des balcons et des façades colorées agrémentaient l’ensemble d’origine.

L’Etoile, un univers en expansion
Depuis le temps a passé, l’entretien coûteux et des restructurations hasardeuses ont entraîné une dégradation de la Cité à laquelle s’est ajoutée la paupérisation des habitants. Les résidents ont dû subir les épisodes mouvementés d’une demande classement au « Patrimoine du XXème siècle » qui a engendré d’importants retards à la réhabilitation prévue en 2010. A cette époque, les habitants excédés avaient mis en ligne un clip pour faire valoir leurs droits et leurs espoirs de vivre à nouveau dans des logements décents. Un projet profondément remanié a permis de débloquer la situation pour que les travaux démarrent enfin. En décembre 2013, les habitants de l’Étoile avaient rendez-vous au Cargo pour faire le point sur l’avancement du projet de rénovation urbaine de leur quartier.

IMG_0908 IMG_1654

Un projet pour une cité plus agréable à vivre, expliquait Le Parisien en novembre 2011, détaillant : un calendrier très étalé. Si les constructions neuves démarreront dès l’année prochaine, le relogement des locataires, lui, va s’étaler entre 2014 et 2017, le temps de finir les différents chantiers. Au total, Emmaüs investit 20 M€ et l’Etat 10 M€, à travers l’Anru (Agence nationale de rénovation urbaine), et la ville entre 800000 € et 1 M€ pour la voirie.
Actuellement des échanges de terrain avec le parc des sports contigu sont en cours pour permettre la construction de nouveaux logements.

texte Jacques Clayssen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s