A Pantin, un cimetière parisien hors les murs.
Mourir à Paris est un casse-tête pour les familles. Le manque de place dans les cimetières pose de tels problèmes que la Ville de Paris a mis en place un plan de reprise, des concessions abandonnées, afin de libérer des emplacements. Lieu jouissant d’une forme d’extra-territorialité sur la commune de Pantin, le cimetière parisien illustre ces espaces absolument autres que Michel Foucault nommait hétérotopies pour les distinguer des utopies.

vue aérienne cimetiereparisien

A Pantin les espaces verts couvrent 114ha, dont 85% sont constitués des stades et du cimetière parisien. Environ un quart de la surface totale du territoire de la commune est occupé par le cimetière qui constitue une enclave au sein de la ville.

Cité-jardin des morts
En pénétrant dans cette nécropole, dont les caractéristiques vertigineuses constituent à elles seules un palmarès époustouflant, le visiteur découvre de grandes avenues rectilignes bordées d’arbres suivant un plan en damiers. Les tombes aux architectures et aux agencements spécifiques aux diverses cultures composent avec les espaces consacrés aux victimes civiles et militaires des deux guerres mondiales un ensemble organisé pour des morts d’origines et de conditions variés à l’image de la cité des vivants. D’une superficie de 107 hectares, soit l’équivalent de 100 terrains de football,  le cimetière parisien de Pantin est l’un des plus grands d’Europe en activité.
Ouvert le 15 novembre 1886, en 127 ans près d’un million de personnes y ont été enterrées. Il compte près de 150 000 concessions, regroupées dans 217 divisions numérotées de 1 à 163 puis de 201 à 217. Manque donc de 164 à 200. Actuellement, environ 2500 inhumations ont lieu chaque année.
Avec 4,7 Km de mur d’enceinte par 3 m de haut interrompu par deux entrées permanentes desservant 32 km de voies intérieures, autorisées à la circulation,  plantées d’une grande variété d’essences. Véritable arboretum de 8 759 arbres dont 7 969 en alignement. Les voies portent les noms des essences qui les bordent : avenues des Chênes Rouges, des Erables Noirs, des Peupliers Argentés, des Mûriers Blancs pour les couleurs et une invitation aux voyages avec des dénominations telles qu’avenues des Noyers d’Amérique, des Platanes d’Orient, des Tilleuls de Hollande, des Marronniers d’Inde, des Noisetiers de Byzance.

T10490422232711
Véritable cité-jardin des morts une grande quantité d’arbres sont quasi centenaires. Une flore composée d’une cinquantaine d’espèces s’y développe. Le mur d’enceinte abrite par exemple quelques spécimens d’une espèce caractéristique des murs secs et chauds, la cymbalaire des murailles. Cette plante a scrofulaire était réputée soigner la scrofule : il s’agit d’une maladie purulente des ganglions du cou formant des plaies autrefois dénommée « écrouelles ». Les Rois de France et d’Angleterre avaient le pouvoir de guérir les malades par l’imposition des mains assortie de quelques prières et d’un signe de croix. En fait la scrofulaire a de petites nodosités sur ses racines qui ressemblent vaguement aux glandes engorgées des écrouelles ; de là le nom et la croyance, en vertu de l’idée que les plantes avaient des vertus médicatrices pour les lésions auxquelles elles ressemblaient.

Aujourd’hui, la scrofulaire reste encore utilisée en herboristerie pour diverses affections, pas seulement cutanées. Dans cette classe des scrofulariacées on trouve aussi le Paulownia, arbre familier des espaces publics urbains qu’il colonise avec rapidité.
Le nombre de tombes rend quasi impossible un recensement exhaustif des sépultures malgré le découpage de l’espace en divisions. Chaque division sont composées en général de plus de 20 rangées totalisent une quarantaine de tombes chacune.

Plan-cimetiere-Pantin-1

Le cimetière offre bien des tentations auxquelles n’ont pas su résister quelques employés indélicats en 2012. Une affaire de trafic d’or et de bijoux volés sur les défunts lors d’exhumations de dépouilles vouées à être transférées dans un autre cimetière a jeté une ombre crapuleuse sur ce lieu de repos pour les morts et de recueillement pour les vivants.
Pourtant la position excentrée du cimetière, rattaché administrativement à Paris, explique le faible nombre de personnalités enterrées, preuve en est la modestie des tombes et l’abandon de certaines. Le promeneur découvrira avec surprise des pierres tombales cassées, des tombes éventrées par l’usure et la mauvaise qualité des matériaux. Ici, pas de dégradations volontaires seulement les effets du temps et une absence d’entretien. Mais l’importance du cimetière a favorisé des attributions erronées, comme celles d’Isidore Ducasse connu sous le pseudonyme de Comte de  Lautréamont et de Louise Weber plus connue sous le nom de  La Goulue. Le premier dont les ossements n’ont jamais été transférés depuis le cimetière Montmartre comme l’indiquent des récits infondés. Alors que La Goulue y a été enterrée avant d’être transférée au cimetière Montmartre sur décision de Jacques Chirac en 1992, à la demande de l’arrière-petit-fils de Pierre Lazareff, directeur artistique du Moulin Rouge qui avait été une des rares personnes a assisté à son enterrement en 1929.

Les dépouilles de Lautréamont et La Goulue ont été les actrices involontaires d’un  faux chassé-croisé entre le cimetière de Montmartre et celui de Pantin

la-goulue-annonce-de-son-décés

La Goulue, annonce presse de son décès

Isidore Ducasse- Lautréamont

Isidore Ducasse, Comte de Lautréamont

.

texte Jacques Clayssen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s