La véritable beauté d’un ouvrage réside d’ailleurs surtout dans sa bonne conception et dans l’harmonie de ses lignes (Charles Bricka, Cours de chemins de fer, professé à l’Ecole nationale des ponts et chaussées, 1894).
Longer le viaduc partiellement couvert de l’A 86 lorsque il enjambe les voies de la gare de triage et du RER permet d’appréhender la beauté d’une courbe de béton dominant les habitations. Sous certaines conditions de lumière les parois s’estompent, le ciel et la couverture d’acier gris se confondent. L’ensemble de béton blanc, d’arches de béton ou d’acier blanc sur l’ouvrage, les bétons structurels gris clairs, les parois acoustiques en aluminium anodisé ton naturel gris clair réfléchissant contribuent à l’élégance, le mot n’est pas trop fort, d’un ouvrage autoroutier dont la courbure comble le regard. On est saisi par la capacité que peut avoir une conception technique de provoquer par l’harmonie de sa réalisation une expérience esthétique réussie.

drancy-arienne-modifie

drancy-arc

 

 

 

 

 

 

Edifice de béton doté d’arcs-boutants singuliers, de piliers de soutènement impressionnants, de parements soignés, tout contribue à installer dans ce paysage urbain ce viaduc réduisant au silence les nuisances sonores. Les aménagements des abords prennent parfois des allures de pyramide aztèque offrant des chemins de promenade en surplomb des habitations.

IMG_0334 IMG_0035 IMG_0340IMG_0004 IMG_0343  IMG_0333  IMG_0002IMG_0031

En 2011, la boucle est bouclée
Il aura fallu 43 ans pour mener à bien le chantier de cette boucle de 78km située à 6km du périph. Bâtie en milieu urbain, il a fallu construire de nombreux ouvrages d’art et prévoir une protection phonique. A Drancy l’autoroute s’immisce entre le quartier de la rue Diderot, constitué de petits collectifs et de pavillonnaires ayant nécessité des aménagements spécifiques pour agrémenter les dessertes et les abords, et la gare de triage, puis entre un quartier pavillonnaire et la zone industrielle.  Ce parcours est donc totalement isolé phoniquement par des murs latéraux et une couverture partielle. L’ouvrage a reçu le « Ruban d’or » 1997.

Le mur du son
La photo frontale du mur anti-bruit présente une vue impossible à l’automobiliste habitué à rouler entre ces murs. Mur du silence, mais aussi dans cette configuration écran à trame rectangulaire qui occulte la vue laissant seulement entrevoir les faîtages d’une vie. Etant donné un mur que se passe-t-il derrière ? Deux lampadaires encadrent le toit d’un pavillon, le sommet d’un poteau, la cime de deux arbres et les derniers étages d’un immeuble. Tous ces éléments constitutifs d’une vie citadine se découpent au-dessus du mur. Sur fond de ciel les preuves d’une vie au sol protégée du bruit et de la vue des véhicules, élimination des nuisances pour les habitants, occultation de environnement pour l’automobiliste. L’A86 dans cette partie aérienne s’impose au regard, tel un boyau de béton et de métal. Cette image expose les parois intérieures et une partie de la chaussée à notre regard, comme une indiscrétion. Silence de l’image, silence dans l’image. Absence de véhicule, aucun mouvement, l’écran en majesté dans un camaïeu de gris.

photo : Patrick Laforet

photo Patrick Laforet

Texte Jacques Clayssen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s