Avec le tEmPs

IMG_8412W

avec le temps les signes urbains deviennent cabalistiques, beaucoup plus conceptuels et intéressants, à la limite de l’exposition.

MystEre

IMG_8413W

oublié des évolutions du code de la route, celui-là est resté en place, quasi invisible et placé à contresens, collector urbain délaissé.

Thierry Davila Marcher, Créer

Thierry Davila  fait le constat qu’une partie de l’art actuel accorde au déplacement un rôle majeur dans l’invention des œuvres.

« C’est à partir de l’accès aux territoires, avec lui, que peut avoir lieu leur invention. »

L’auteur, conservateur au Mamco de Genève, étudie la question de la mobilité et son traitement par les artistes, à travers la figure de l’homme qui marche, de l’arpenteur. Cette figure  prend différentes formes, comme le souligne l’intégralité du titre : le piéton, le pèlerin, le manifestant, le flâneur,… Le livre relate l’histoire de la flânerie et analyse des problématiques qu’elle engendre dans le travail de certains artistes contemporains (réflexions centrées sur Gabriel Orozco, Francis Alÿs et Stalker). Le thème, récurrent dans l’art, de la spatialisation s’étend ici au mouvement et au déplacement, qui deviennent éléments centraux de la création.

Thierry Davila, Marcher, créer, Déplacements, flâneries, dérives, dans l’art de la fin du XXème siècle, Paris,
Editions du Regard, 2002.

Jouer saNs enTraves

Tout ici incite à la fête du corps et de l’esprit dans la bonne odeur des gaz d’échappement et la douce musique du tunnel autoroutier. Ici tout est plaisir, enchantement, surprise, vous pouvez vous laisser aller à la joie sportive sans aucune arrière-pensée : le fait que l’aire de jeux soit située au milieu des voies rapides et d’un échangeur, d’un rond-point, que le sous sol vibre continuellement du passage des véhicules sous vos pieds, que le bruit soit parfois assourdissant et que le faux gazon idéalement placé pour amortir vos chutes sur le béton brut n’ait jamais été changé depuis plus personne ne sait quand, tout cela n’a aucune importance, jouez sans entraves pour reprendre un vieux slogan, en plus c’est gratuit et ouvert 24 heures sur 24, et même illuminé la nuit, j’ai bien dit illuminé, par les sympathiques lampadaires au sodium de l’autoroute voisine, dont la qualité d’éclairage et d’atmosphère ne sont plus à vanter.
_MG_5352_DxOW
_MG_5361_DxOW
_MG_5341_DxO