Terminologie -3- Photo vernaculaire vs photo véhiculaire

Photo vernaculaire vs photo véhiculaire

« Mon territoire est plutôt une géographie, celle de voyages personnels. Ce n’est pas le territoire des urbanistes ; ce n’est pas non plus le territoire des politiciens. C’est le territoire de quelqu’un qui marche à travers. » Guido Guidi, photographe italien.

 

Lire la suite

Réflexions sur le paysage

 

AVT_John-Brinckerhoff-Jackson_416

Né en France en 1909, John Brinckerhoff Jackson est diplômé d’Harvard. En 1951, il crée la revue Landscape. A partir de 1969, il enseigne à Berkeley et à Harvard. Il meurt en 1996, dans la maison du Nouveau-Mexique où il s’est retiré.

L’œuvre de John Brinckerhoff Jackson (1909-1996) reste peu connue des lecteurs français. Pourtant, pendant près d’un demi-siècle, ce géographe a joué aux États-Unis un rôle de premier plan dans la constitution d’un champ de réflexion théorique et historique nouveau : le paysage. Formé à la culture des paysages européens, par ses voyages dans l’Europe d’avant-guerre et par ses lectures des géographes français, Jackson a fait partie, après 1945, de ceux qui ont fondé l’enseignement et la recherche sur les paysages américains, dont il a perçu, et promu, la véritable originalité.
À la découverte du paysage vernaculaire est le premier livre de Jackson traduit en France. L’auteur y définit tout d’abord le paysage : avant d’être contemplé et apprécié esthétiquement, il est produit et habité par les hommes, qui organisent collectivement, selon le principe du bien-être, leur cadre d’existence sur la Terre. Il nous livre ensuite une distinction fondamentale entre le “paysage politique” (produit par le pouvoir) et le “paysage vernaculaire” (fabriqué localement par les habitants), qui révèle deux manières d’aménager l’espace à travers l’histoire. Il observe aussi, avec humour, le devenir des paysages contemporains : les parcs publics, l’habitat mobile… et y voit, avec confiance, de nouvelles formes de la conscience paysagère où habiter ne se confond plus nécessairement avec demeurer. Enfin, évoquant ses souvenirs de la Deuxième Guerre mondiale, à laquelle il a participé en tant qu’officier de renseignements, il montre en quoi l’intérêt pour le paysage est d’abord l’expression d’un intérêt et d’un attachement pour le monde.

présentation de l’éditeur Actes Sud

Le paysage, entre le politique et le vernaculaire.
Réflexions à partir de John Brinckerhoff Jackson
par Jean-Marc Besse, CNRS, UMR Géographie-cités, Paris.

Texte Jacques Clayssen