GIGANTISME — ART & INDUSTRIE est une initiative collective inédite sur le territoire des Hauts-de-France, à Dunkerque : la création d’une nouvelle triennale art et design en Europe. Une exposition d’installations hors échelle, créées pour l’occasion, d’œuvres in situ, de sculptures, peintures, films et performances incarnent les rencontres entre artistes, ingénieurs, designers et architectes. Elle se déploie sur différents lieux d’exposition et sites urbains et portuaires. Un parcours original qui repense à l’échelle du paysage dunkerquois une histoire de la modernité européenne de 1947 à nos jours ; entre patrimoine vivant et création contemporaine.

C’est dans ce cadre que les visiteurs peuvent voir jusqu’au 5 janvier 2020 la pièce  « Desire Line » que Tatiana Trouvé avait présentée à New York en 2015. Une matérialisation en bobines des parcours de marche dans Central Park.

Un monument dédié aux marches.

Lorsque le Public Art Fund a demandé à Tatiana Trouvé, sculpteure d’origine italienne qui travaille à Paris, de créer une œuvre en rapport avec le parc, son instinct lui a dit de rêver grand. Cette pièce qui était présentée en 2015 au Doris C. Freedman Plaza, près de la 60e rue et de la Cinquième avenue, est, en quelque sorte, à l’échelle du parc lui-même. Elle est composée de kilomètres de cordes colorées qui, si elles étaient déroulées des bobines de bois de différentes tailles qui les retiennent, s’étireraient le long de chaque mètre des 212 chemins répertoriés. Cette pièce gigantesque vise à encourager les visiteurs à réfléchir aux diverses implications sociales et politiques de l’acte de marcher.

La structure comprend trois étagères en acier, mesurant près de trois mètres de haut, qui retiennent des bobines de corde de différentes couleurs. Il y a en tout 212 bobines, chacune d’une longueur correspondant à un chemin spécifique dans le parc. Tatiana Trouvé a cartographié, nommé et indexé chacun d’entre eux, des voies de circulation aux chemins isolés et non nommés. De loin, l’installation ressemble à une trousse de couture géante ou à un stock de bobines électriques Des plaques gravées sur chaque bobine identifient divers actes culturels ou mémoriels.

Présentation des localisations des parcours de Central Park avec mention des métrages.

La sculpture de Tatiana Trouvé évoque la pérennité du parc, non seulement dans son utilisation, mais aussi dans son évolution en tant que site. L’oeuvre évoque la construction même du parc, ce que Betsy Rogers (1) appelle «une grande réalisation du dix-neuvième siècle en matière de drainage et d’irrigation. Une grande réussite dans l’intégration de la circulation dans le paysage, en divisant le parc en cinq parcs plus petits. » Les bobines volumineuses d’apparence industrielle, magnifiquement fabriquées, semblent faire écho aux échafaudages sur les bâtiments alentours, comme une partie des milliers de kilomètres de câbles qui acheminent le courant à travers la ville.

L’installation de Tatiana Trouvé joue dans le monde souterrain entre le réel et le représenté. Elle a travaillé sur le projet Central Park dans l’idée que le parc et ses sentiers fonctionnent à la fois comme des espaces physiques et des évocations culturelles. Alors, elle a plongé dans ce qu’elle appelle «le vaste monde des marches» et a utilisé des plaques métalliques gravées pour attribuer chacune de ses 212 bobines – c’est-à-dire chacune des allées du parc – une marche politique ou une promenade d’histoire, d’art ou de chanson.

Vue partielle de l’oeuvre de Tatiana Trouvé dans la Halle A2P du Frac-Grand Large

« Il y a tellement d’artistes qui ont travaillé sur la marche, c’est dommage que je ne puisse pas tous les utiliser ici », a déclaré l’artiste dans une interview. Elle ajouta : «C’est juste un tout petit atlas de toutes les promenades que j’ai trouvées, de celles que j’ai pu trouver. Je pourrais continuer à travailler dessus pendant des années.

 

 

Note

(1) Betsy Rogers est présidente de la Foundation for Landscape Studies , qu’elle a créée, a enseigné le programme qu’elle a élaboré au Bard Graduate Center et a publié un journal littéraire, Site / Lines . 

A son actif la création du Central Park Conservancy qui constitue le tout premier partenariat de parcs public-privé, en 1980. Le modèle a été adopté depuis par des parcs à l’échelle des Etats-Unis.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s