Alors qu’il n’a que 20 ans, Jean-Sébastien Bach entreprend un voyage à pied de plus de 400 km. Parti de Arnstatd, il marchera jusqu’à Lübeck pour rencontrer le plus grand organiste d’Europe du Nord : Dietrich Buxtehude. Voilà tout ce que l’on sait de cet épisode, décisif pour Bach. Dans le roman La rencontre de Lübeck (1), le musicologue Gilles Cantagrel imagine les échanges amicaux et musicaux entre les deux plus grands compositeurs de l’époque baroque en Allemagne.

cartographie association EOL, créée à l’automne 1993, l’Association a pour objet l’acquisition d’un orgue, son agrandissement, sa mise en valeur par l’organisation de concerts et de spectacles, son utilisation sur les plans culturel et liturgique, l’entretien et la gestion de l’instrument.

En 1705, Jean-Sébastien Bach se rend à Lübeck pour écouter le plus grand compositeur allemand de son temps, Dietrich Buxtehude, âgé de 68 ans. Ce voyage, il le fait à pied : plus de quatre cents kilomètres aller, et autant au retour. Parti pour trente jours, il est resté absent quatre mois. Aucun témoignage ne permet de savoir ce qui s’est passé à Lübeck. On peut imaginer que l’influence de Buxtehude est si primordiale sur le génie de Bach qu’il s’est forcément produit là quelque chose d’essentiel, une transmission essentielle.  Gilles Cantagrel, grand connaisseur des œuvres des deux musiciens, des documents anciens et du contexte historique, raconte ce qui a pu se passer, dans un livre intitulé La rencontre de Lübeck.

Il est admis par les historiens que Bach aurait emprunté la vieille route du sel, une route commerciale très fréquentée traversant le nord de l’Allemagne et utilisée depuis l’époque médiévale. Il n’était pas inhabituel à l’époque que les gens effectuent de longs déplacements à pied.

Le parcours de la route du sel s’étend sur environ cent kilomètres entre la vieille ville millénaire du sel, Lüneburg et la ville hanséatique de Lübeck, accès à la mer Baltique. Cette voie traverse  Lauenburg an der Elbe et Mölln, la ville de Till l’Espiègle.

Alte_Salzstrasse_Breitenfelde

Pour le tricentenaire de la mort de Buxtehude des musiciens, chanteurs et organistes ont emprunté le même trajet à pied, par étapes de 25 kilomètres. Ils improvisaient des concerts dans les villes-étapes, allant à la rencontre des cantors locaux et bénéficiant parfois de l’hébergement chez l’habitant, comme le fit probablement Jean-Sébastien Bach en son temps.

Benjamin François, producteur à Radio France, contribue à la réalisation du feuilleton-atelier de création radiophonique « Sur les pas de Bach », 465 km de randonnée musicale entre Arnstadt et Lübeck pour les 300 ans de la rencontre entre Bach et Buxtehude, il explique dans un article du Monde (2) « Bach a fait le trajet à pied pour échapper aux droits de douanes exorbitants en diligence. Mais nous avons découvert, en marchant, que la rencontre avec le maître illustre n’a pas dû représenter le seul attrait du voyage. La marche nous met en harmonie avec les paysages traversés, c’est une ascèse intérieure, une reconstruction. Bach s’est « trouvé » en marchant ; il en est revenu changé. »

L’itinéraire précis n’étant pas documenté, le parcours a été imaginé sur la base d’éléments biographiques du célèbre musicien « Etape à Erfurt, chez sa soeur et à Mühlhausen chez l’ami Wender, facteur de l’orgue d’Arnstadt. Mais ensuite, a-t-il traversé le massif du Harz ? Je pense que oui. Est-il passé par Nordhausen, Wernigerrode et surtout Wolfenbüttel, qui conservait la mémoire du plus grand musicien protestant, Michael Praetorius ? La fin est claire : la route du sel à partir de Uelzen, Lüneburg, Lauenburg jusqu’à Lübeck. »

Marienkirche- Lübeck

Si l’on ne sait pas exactement ce qui s’est passé lorsque Bach est arrivé à Lübeck,  il est certain que le voyage porté ses fruits, même si le jeune organiste d’Arnstadt a été évincé de son poste suite à sa trop longue absence. Parti pour un mois, il ne reviendra que quatre mois plus tard, au grand dam de ses employeurs. Il rentre à pied, reprenant le long chemin la tête pleine des enseignements et des découvertes musicales acquises auprès du maître de Lübeck.

Arnstadt-Bachkirche

Marcher sur les traces du futur Cantor de Leipzig ne peut qu’ajouter du sel au parcours.

« Dieu peut remercier Bach, parce que Bach est la preuve de l’existence de Dieu ».
Emil Cioran in Syllogismes de l’amertume.

 

Document sonore, écouter l’émission de Priscille Lafitte : « Quand Bach rencontre Buxtehude » sur : canalacademie pour entendre Gilles Cantagrel détailler l’histoire de cette rencontre.

 

HL_Damals__Marienkirche_Mittelschiff_nach_Westen. Orgue de l’église Ste Marie de Lübeck avant sa destruction en 1942.

 

Du 20 mai 2020 au 24 mai 2020

sur les pas de Jean-Sébastien Bach

Pas après pas, ville après ville, cet itinéraire est une invitation à suivre les traces de Jean-Sébastien Bach, par la découverte de l’homme et de son œuvre pléthorique, qui compte plus de mille compositions incarnant le couronnement de la musique baroque. Depuis Eisenach, sa ville natale, jusqu’à Leipzig, où il produisit ses plus grands chefs-d’œuvre, en passant par Weimar, Arnstadt et Gotha, ce voyage sera jalonné de concerts qui rendront vivant le musicien dans les lieux historiques qu’il a connus.

Notes :

-(1) Gilles Cantagrel, La rencontre de Lübeck. ed: Desclée de Brouwer. 2015

-(2) in Le Monde daté 27 juillet 2007

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s