Marche et absolu

_MG_0177_DxO

Mémorial / Labenne / 2015

Le nouveau paradigme

La deuxième partie de l’hommage de ce wildscape est rendue au film de Sean Penn « Into the wild », basé sur le roman de Jon Krakauer, qui conte l’histoire d’un jeune homme qui, après avoir tout donné, quitte le monde contemporain pour les lointaines contrées sauvages de l’Alaska où il connaît une fin tragique et meurt au bout de quelques mois. Le film est un récit initiatique qui se termine dans le Bus 142, la dernière demeure de Christopher Mc Candless, lui même devenu l’objet d’un culte tenace. De nombreux jeunes gens s’y rendent régulièrement chaque année pour suivre le rituel, aux mêmes risques que ceux de leur modèle, ce qui pose des problèmes à la commune de Fairbanks, nombreux sauvetages et surveillance difficile. L’endroit est particulièrement isolé et dangereux mais le mythe s’est installé.
DéMarches a choisi de rendre une modeste contribution à cette initiation en déposant un petit mémorial dans une autre nature, moins abrupte certes mais tout aussi « wild » afin de connecter cette recherche contemporaine avec un écrit plus ancien, le livre  « Marcher » de Henry D. Thoreau, très présent dans les idéaux du jeune homme et référence incontournable de la culture américaine sur l’idée de nature.

waqcttzm9luweg9vu5xu

Le Bus 142 / Fairbanks / Alaska

HOMMAGE1_DxO

MEMORIELCARTE

HOMMAGE2_DxO

Nature et harmonie

La conception de la nature qui imprègne les deux récits est très précise et intemporelle : la nature est vierge de l’influence de l’homme, donc régénérante et tonique. La civilisation représente une forme de pollution dont il faut s’éloigner, régulièrement ou définitivement, sous peine de vivre une vie qui n’en est pas une. La religiosité diffuse de la culture américaine imprègne cette conception, la forme du paradis reste accessible, ici et maintenant, sans délai et sans médiation, à condition de « vivre bien », selon des préceptes naturalistes et de respecter une distance certaine avec le monde des vivants, la société et ses contraintes. La soif d’absolu du jeune Mc Candless le conduit dans le récit à une forme d’impasse, la nature se révèle beaucoup plus revêche que prévu, impitoyable et totalement indifférente à son sort, malgré son amour. La transfiguration du candidat ne se réalise pas et reste sur un constat d’échec amer et glacé de la fusion dans l’harmonie universelle.

D’une génération l’autre

Ce constat d’échec est à rapprocher d’un autre récit initiatique, lui aussi sous forme de film, de la génération précédente : le film « More » de Barbet Schroeder daté de 1969, dont la trame et les enjeux sont très proches et la conclusion identique : la mort du jeune initié. Les deux récits annoncent la recherche d’un nouveau paradigme dans le rapport au monde, éternel problème de la jeunesse. Dans « More » le nouveau paradigme s’installe dans la recherche d’une forme d’hédonisme, le soleil, la drogue, l’amour, lié à une recherche de la sensation absolue, dans le deuxième la recherche s’est déplacée, au vu de l’échec de la première, sur une notion plus ancienne, plus floue, moins imagée, celle de l’harmonie naturaliste, paradis non artificiel.

Les deux constats d’échec successifs peuvent donner une image sombre des possibilités contemporaines d’échapper à la triste condition humaine, mais ne sont en fait que des signaux des dangers qui attendent celui qui se lance dans la quête d’absolu. L’endroit du premier récit, Ibiza, est devenu la capitale mondiale de la « fête », les jeunes générations ont évité le piège annoncé et s’amusent par milliers sur les plages de sable chaud et dans les méga-structures musicales. Bien sûr il est toujours considéré comme plus élégant de mourir pour ses idées que de continuer à vivre les deux pieds dans le monde, cela fait partie des légendes modernes qui privilégient l’aspect « comète » des grandes figures. Que deviendra l’Alaska dans les prochaines années ?

Texte et Photos Patrick Laforet

 

 

 

WildScape Galerie

Au delà de l’aspect documentaire de la photographie dans la pratique du walkscape, le ressassement du parcours, le retour au même lieu à des heures différentes, dans des conditions météo différentes, la variation des points de vue, constituent l’occasion de dégager des figures fines d’un même territoire. Certaines images finissent par se déposer naturellement comme des représentations de « l’esprit du lieu », parfois franchement décalées, d’autres très imprégnées du territoire. La tentative n’a rien de systématique mais se bâtit au fil du temps, à mesure que se tisse une relation plus profonde avec le territoire.

Les mille et une facettes du même, du semblable, se retrouvent d’une année sur l’autre, au gré des parcours faits et refaits et des changements, parfois massifs, des territoires parcourus, jusqu’à ce que l’anecdote, le pittoresque disparaissent dans les sables du temps. Ici galerie de 2015 et 2014, photos Patrick Laforet.

WILDSCAPE4
Labenne / 2015 

WILDSCAPE2

Labenne / 2015

WILDSCAPE3

Capbreton / 2015

WILDSCAPE7

Capbreton / 2015

WILDSCAPE8

Labenne / 2015

WILDSCAPE9

Labenne / 2015

WILDSCAPE5

Labenne / 2015

_MG_2894_DxO

Labenne / 2014

_MG_2903_DxO

Labenne / 2014

_MG_2910_DxO

Labenne / 2014

Texte et Photos Patrick Laforet

Chroniques landes côtières

Double trame sur la côte landaise. Si un observateur porte son regard sur le littoral parallèlement à la mer, il découvre une succession de paysages formées par des bandes de largeurs et de couleurs variées. Du bleu de la mer à l’écume qui dessine une ligne serpentine sur le sable mouillé de la plage, succède du sable blond sec sur lequel s’accumulent des bois flottés et des déchets de toute nature au pied de la dune embryonnaire. Ensuite la ligne de crête de la dune file en bosselé vers l’horizon traçant une fragile frontière entre le front de mer et  l’arrière-pays qui vient s’estomper sur la pente terrestre de la dune s’affaissant doucement pour se transformer en une plaine sableuse grise ou lette grise qui s’étale en s’ourlant pour se transformer en un manteau préforestier annonciateur du sol sablonneux boisé, que la forêt de pins maritimes, de chênes lièges et de fougères recouvre de sa palette de vert dressant une barrière verticale entre le littoral mouvant et la plaine aménagée pour la sédentarisation.
Ce même observateur notera que les bandes détrempées, mouillées, sèches se succèdent avec des couleurs du bleu au vert en passant par toutes les nuances du sable dans un ordonnancement continu.
Deux marcheurs effectuent un parcours systématique tracé dans la zone littorale pour observer ce chemin d’est en ouest, allant de l’arrière-pays jusqu’à la mer. Ce transect est matérialisé par un tracé qui chemine à travers les bandes successives que l’observateur a décrites.

entre Ondres et Labenne

Partis de la plaine aménagée, ils vont traverser la forêt, à l’orée de laquelle ils vont déboucher sur une zone moins arborée qui va laisser place à un à-plat ourlet de sable couvert d’humus gris avant d’aborder une longue montée au milieu d’un végétation xérophyte vers la crête dunaire bosselée qui offre une descente plus rapide vers le sable sec encombré de déchets qui une fois traversée offrira sur l’estran un sable d’humide à trempé jusqu’à l’écume des vagues venant mourir sur la lisière mobile de la marée.

Cet état de Nature ne doit pas nous abuser, il résulte d‘aménagements réalisés sous Napoléon III, assèchement des marais et plantation de pins maritimes et de chênes lièges. Sans compter, auparavant, les lourds travaux de dérivement de l’Adour. Jusqu’en 1578, l’Adour se terminait par un delta correspondant au Maremne, autour de son estuaire principal de Capbreton. Son exutoire actuel dans l’Atlantique, entre Anglet d’un côté et Tarnos sur l’autre rive, lui a été donné en 1578. Les travaux titanesques menés par l’ingénieur Louis de Foix s’étalèrent sous le règne d’Henri III de 1572 à 1578.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

carte déplacement Adour

La côte landaise telle que nous la connaissons aujourd’hui n’est pas contrairement aux apparences l’espace naturel que l’on imagine. Cette lande marécageuse était habitée par des bergers perchés sur des échasses qui menaient une vie pastorale particulièrement rude dans un environnement insalubre. Les échasses apparurent dans les Landes au tout début du XVIII ème siècle. Les bergers Landais les utilisent pour se déplacer dans les très nombreuses  zones marécageuses. En effet, la région sableuse présentait en cas d’inondation la particularité d’offrir un sous-sol suffisamment compact pour permettre aux échasses de ne pas s’enfoncer.

Bergers-landais-en-1915

Avec la promulgation de la loi du 19 juin 1857 qui impose aux communes des Landes de Gascogne d’assainir et de boiser leurs territoires, les territoires d’élevage se réduisent mettant en péril cette activité pastorale. Cette situation engendra de violents conflits entre les bergers et les forestiers. D’autant que les bergers pratiquaient l’écobuage, prenant ainsi le risque d’incendier la forêt naissante, comme cela se produisit souvent.

La disparition des espaces de pacage au profit de la forêt entraina la disparition des échassiers. Durant les années 20 les derniers éleveurs s’étaient reconvertis en résiniers … Malgré cette restructuration du paysage, chaque année, un quart du littoral recule. L’érosion est un phénomène de grande ampleur, en particulier sur la côte aquitaine. Menacées par l’océan, les communes engagent d’importants travaux d’enrochements et de préservation des dunes. Mais la mer gagne irrémédiablement du terrain.

transect La Pointe

Aux vastes plages du début du siècle, protégées par une large bande de dunes succèdent un écroulement du front dunaire. L’érosion s’accélère, le trait de côte a reculé cinq fois plus vite lors de tempêtes exceptionnelles anticipant les prévisions à long terme les plus pessimistes.

P1040586
Des blockhaus basculent dans la mer, des parapentistes s’entraînent aux bords des dunes abruptes, les plages non protégées par des digues ou des jetées changent de configuration au fil des saisons.
La côte que nous pratiquons aujourd’hui se construit à partir de 1786, quand l’ingénieur Nicolas Brémontier commença par fixer le mouvement du sable en établissant une digue de madrier à environ 70 m de la ligne atteinte par les plus hautes mers, on enfonce dans le sol une palissade de madriers contre laquelle le sable s’accumule. En ajustant la hauteur des madriers à l’accumulation du sable, il obtient une dune littorale haute d’une dizaine de mètres formant barrière de protection. Le sable est fixé en surface par des semis d’oyat connu localement sous le vocable gourbet, dont les racines couvrent de grande surface. Nicolas Brémontier fera planter des pins maritimes pour fixer le sable en arrière des dunes et plus en arrière pour couvrir les anciens marais.

types de Landes

Ces dernières années des tempêtes ont durablement impactés le littoral, modifiant la configuration des plages et charriant une masse considérable de déchets. Le samedi 24 janvier 2009, la tempête Klaus traverse le sud-ouest, entraînant d’importants dégâts matériels. Ceci à une période durant laquelle la région récupérait à peine de la tempête Martin de décembre 1999, les sylviculteurs voient à nouveau leurs pins maritimes et autres essences déracinés ou sectionnés. A ces deux tempêtes succèdera en mars 2014, la tempête Christine. Sur les côtes basque et landaise, de nouveaux soumises à des dégâts colossaux, les vagues minent le littoral, faisant reculer les plages de plusieurs mètres.

La question de la Nature est au cœur du film de Sean Penn, Into the wildFilm emmaillé de nombreuses citations, dont celle de Byron extraite de Childe Harold’s Pilgrimage  qui apparait dès le début : “There is a pleasure in the pathless woods, There is a rapture on the lonely shore, There is society, where none intrudes, By the deep sea, and music in its roar: I love not man the less, but Nature more,…”(*) qui prend tout son sens sur cette partie du littoral Atlantique.

into_the_wild_24
Ainsi, dès les premières images du film, Sean Penn instille  chez le spectateur une idée de Nature idéalisée ; c’est le mythe de la route, en symbiose avec l’environnement qui place Alexander dans la posture d’un Kerouac routard.  Toutefois le scénario s’attache à montrer la différence entre le paysage naturel du décor et la fiction de la Nature qui habite le personnage principal du film. A l’instar de la réalité, la Nature n’est pas accueillante pour ceux « born to be – away from the – wild » ! Comme l’avait illustré le récit de Jon Krakauer dans le livre consacré à l’histoire de Christopher McCandless dont le destin tragique est incarné dans l’adaptation cinématographique sous le nom d’Alexander. Si Thoreau et McCandless  semblent se faire écho à un siècle d’écart, la place majeure de Thoreau dans la culture américaine ne doit pas faire oublier qu’il fut influencé par le romantisme européen et en particulier le romantisme allemand alors que pour McCandless les influences sont plutôt à chercher du côté des auteurs de la beat generation donc des mouvements de pensées libertaires. Le professeur  émérite en études de l’histoire et de l’environnement de l’Université de Santa Barbara Roderick Nash publie en 1967 la première édition de son livre qui fait autorité Wilderness in the American Mind, dans lequel il explique que : « dans wild, l’on trouverait les notions de perdu, incontrôlable, désordonné, confus, et c’est ainsi que l’espace chaotique et sans repères de la forêt finit par être désigné par wilderness »

Mais, c’est au Thoreau de Walden et de la Désobéissance civile que se réfère Alexander, le héros du film. Thoreau qui écrit dans La Désobéissance civile : « Si je suis venu au monde, ce n’est pour le transformer en un lieu où il fasse bon vivre, mais pour y vivre, qu’il soit bon ou mauvais. »

H.D.ThoreauLes premières lignes du fascicule de Henry D.Thoreau, Marcher, posent la conception que l’auteur naturaliste et écrivain engagé se fait de la Nature. Non-conformiste, il tire de ses expériences personnelles son engagement et cherche à toujours faire corps avec ses idées. « Au cours de mon existence, je n’ai rencontré qu’une ou deux personnes qui comprenaient réellement l’art de Marcher, c’est-à-dire de se promener qui pour ainsi dire avaient un génie particulier pour flâner, sauntering…. ». Il analyse l’origine de ce mot qui dans le langage contemporain se définit comme A saunter is not a walk, run, or jog. To saunter is to walk in life. (Se balader, ne signifie pas marcher, courir ou faire du jogging, mais prendre la vie comme elle vient.)

« Qu’est-ce qui parfois rend difficile le choix d’une direction de promenade ? » Question lancinante à laquelle tout marcheur doit répondre, pour nous il s’agit de rejoindre la rive de l’océan à propos duquel Henry D.Thoreau note« L’Atlantique est semblable au Léthé ;… » Mais ce n’est pas l’oubli que nous venons chercher, mais plutôt une nature brute, un espace vivant dont les éléments peuvent atteindre des moments paroxystiques. Mais aussi les couchers de soleil, avec ou sans rayon vert. Des couchers de soleil comme les aime l’auteur « Chaque coucher de soleil que je contemple m’inspire le désir d’aller vers un ouest aussi éloigné et beau que celui dans lequel plonge le soleil. »

(*) Traduction :
On trouve le plaisir dans une forêt sans sentiers
On trouve le ravissement sur un rivage solitaire
On trouve la compagnie là où il n’y a personne
Près de la mer qui fait entendre la mélodie de son rugissement
Ce n’est pas que j’aime l’homme moins mais je préfère la Nature…

Texte et Photos Jacques Clayssen

Le bâton sauvage

img_2399

Déchets de plage, coustille, gravure sur bois et stylo, beaucoup de plastique pour un hommage discret aux vieux hippies des bois et à leur bimbeloterie colorée.